Espaces Naturels


Taille de la police

Le territoire de la Vallée de Chamonix est situé dans un écrin naturel exceptionnel. Neiges éternelles, glaciers, alpages, forêts, lacs d’altitude et zones humides où que vous soyez ces paysages sont à la portée de votre regard.

Très tôt, les collectivités ont pris conscience du caractère particulier de leur environnement et de sa fragilité en menant de nombreuses actions. Aujourd'hui, cette compétence a été reprise par la Communauté de Communes qui souhaite concilier protection des milieux, activités humaines et sensibilisation du public en menant des actions de protection, de gestion et de valorisation des espaces naturels avec ses partenaires.

 ZONES NATURELLES SENSIBLES

Plus de 90% du territoire de la Vallée de Chamonix sont concernés par une mesure de protection. Qu’elles soient règlementaires ou non, ces mesures peuvent être à l’origine de plans de gestion ou de programmes d’actions spécifiques.

Aiguilles Rouges

Sites inscrits et classés

Ces sites, naturels ou bâtis, présentent un intérêt certain au regard des critères prévus par la loi (artistiques, historiques, scientifiques, légendaires ou pittoresques). Aucun règlement spécifique ne s’applique à proprement parler mais ce classement a pour effet de soumettre toute modification de l’état ou de l’aspect des lieux à une autorisation spéciale du Ministre chargé des sites ou du Préfet de département.

Sur le territoire de la Vallée de Chamonix, on retrouve deux sites classés :

- Le massif du Mont-Blanc, le plus vaste de la Région Rhône Alpes avec 26 000 hectares
- Le Balcon du Mont-Blanc, 470 ha en balcon au-dessus du village des Houches, face au Mont-Blanc

Et deux sites inscrits : Les gorges de la Diosaz (75 hectares) et le hameau de Tréléchamps et ses abords (38 hectares)

Réserve Naturelle

La démarche de réserve est une démarche règlementaire, c’est-à-dire que sur ce territoire particulier des règlements s’appliquent. En Haute Savoie, l’Etat a délégué la gestion des Réserves Naturelle à ASTERS, Conservatoire des Espaces Naturels.

Trois réserves sont sur le territoire de la Vallée de Chamonix :

- La Réserve naturelle des Aiguilles Rouges, 3279 hectares ;
- La Réserve naturelle du Vallon de Bérard, 540 hectares ;

- La Réserve naturelle de Carlaveyron, 598 hectares.

En Haute-Savoie, l'Etat a délégué la gestion des Réserves Naturelles à ASTERS, Conservatoire des Espaces Naturels. Un plan de gestion a été élaboré pour ces trois réserves, il fixe les grands objectifs et les actions à engager dans une optique de conservation du patrimoine naturel d’ici à 2022. Parallèlement, les missions d’animation et de sensibilisation ont été confiées à la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc.

ZNIEFF (de type I ou de type II) = Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique

Cet inventaire lancé en France en 1982 est un instrument de connaissance des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. Il doit être consulté dans le cadre de projets d’aménagement du territoire.

 Sur le territoire de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc, 13 sites sont des ZNIEFF et type I ou II.

Natura 2000

Natura 2000 est un réseau européen de sites naturels (terrestres et marins) désignés pour la rareté ou la fragilité des espèces animales ou végétales et des milieux (les habitats) qu'ils hébergent. Ce dispositif vise à maintenir ces sites dans un bon état de conservation sur le long terme. Pour cela des actions peuvent être mises en place, notamment pour les activités humaines et les pratiques qui ont permis de les sauvegarder jusqu’à ce jour (comme les activités agricoles dans les zones de montagne).

Dans la Vallée de Chamonix le site Natura 2000 des Aiguilles Rouges, avec une surface de 9 065 hectares, est inscrit au titre de la Directive Habitat.

La structure porteuse de la démarche est la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix.

Pour plus d'informations sur Natura 2000, téléchargez la brochure de présentation.

Consultez la brochure Massif des Aiguilles Rouges Vallée de Chamonix Mont-Blanc, espace à protéger en cliquant ici (PDF - 3.72Mo)

ENS: Espaces Naturels Sensibles

Il s'agit de territoires reconnus pour leur biodiversité remarquable et leurs paysages à l'échelle du département. Cette démarche est portée par le Conseil Général de Haute-Savoie. Elle permet de labelliser des sites qui doivent ensuite répondre à plusieurs exigences en termes de propriété mais également de gestion (élaboration d'un plan de gestion) et d'ouverture au public.
La Vallée de Chamonix-Mont-Blanc est concernée par le territoire des trois réserves naturelles du massif des Aiguilles Rouges ainsi que par le site "Montagne du Rocher", au titre des ENS locaux.

Retrouvez l'offre de sorties nature de la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc ici.

Qu’ils soient soumis à une règlementation ou non, les espaces naturels font partie de notre patrimoine : il faut les respecter.

 LES ALPAGES

Panorama de l'alpage de Pormenaz

L’alpage est avant tout le lieu de pâturage des troupeaux durant la saison d’été. Ainsi, en faisant pâturer les vaches, chèvres et brebis dans les alpages, les agriculteurs nourrissent leur troupeau, entretiennent le paysages et surtout produisent de la viande et du lait de qualité. L’alpage c’est aussi un milieu naturel fragile, composé d’espèces animales et végétales particulières dont certaines peuvent être protégées. Enfin, l’alpage est un lieu de loisir (randonnée, VTT...) où plusieurs acteurs se croisent et doivent se respecter.

Afin de gérer toutes ces facettes de l’alpage, un Plan Pastorale Territorial (PPT), dispositif régional, a été établi pour l’ensemble du territoire du Pays du Mont-Blanc. L’état des lieux réalisé a permis de dégager des objectifs et un plan d’actions qui est mené sur le territoire depuis 2009.

Quelques chiffres à l’échelle des 14 communes du Pays du Mont-Blanc :

- Superficie d’alpage : 15 005 hectares
- Cheptel estivé au 15 juillet 2009 : 5 422 équivalent UBG (Unité gros Bétail) dont 1 336 vaches laitières

 Pour plus d’informations sur les alpages du Pays du Mont-Blanc : Site Internet Echoalp

 LA FORET

Chaîne du Mont Blanc en automne

Sur l’ensemble du territoire du Pays du Mont-Blanc (14 communes), la forêt couvre plus de 250 km² (soit 32,5 % de la surface du territoire). Cette forêt qui occupe les versants entre les plaines agricoles, urbanisées et industrielles, et les sommets rocheux et glaciaires, a une place importante dans le développement durable et équilibré du territoire. En Vallée de Chamonix-Mont-Blanc, elle est à la fois :

- une ressource pour l’énergie et la construction ;
- une composante du cadre de vie et un espace de loisirs ;

- un réservoir de biodiversité ;
- un moyen de protection contre les risques naturels. Ce rôle particulièrement visible dans la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc.

Cette forêt est composée à plus de 45% de conifères avec des espèces comme l’épicéa, présent en grande majorité, ou encore le mélèze, spécifique à la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc. Afin de la gérer durablement, une Charte forestière a été rédigée en 2008 entre les 14 communes du Pays du Mont-Blanc. Cette Charte fait un état des lieux de la forêt, fixe des objectifs et enfin défini un ensemble d’actions à mener avec tous les acteurs du territoire. Les forêts des Houches et de Chamonix sont certifiées PEFC (Label de gestion durable des forêts).
Pour plus d'informations, t
éléchargez le Livret de présentation de la Charte forestière

La Vallée de Chamonix-Mont-Blanc lutte contre le scolyte

Le scolyte est un petit insecte parfois utile pour la régénération forestière, car il se nourrit de bois mort et accélère la décomposition. Il est également parfois nuisible, lorsqu'il s'attaque à des arbres sur pied, pond sous l'écorce, ses larves se nourrissant de la sève... ce qui peut mener à la mort de l'arbre. Les forêts de la Vallée sont régulièrement le théâtre de l'invasion du scolyte. Pour lutter contre ce fléau, la Commune de Chamonix a mis en place un plan d'intervention sur les arbres dits « secs » touchés lui appartenant. Un programme d'actions prioritaire a été établi d'entente avec l'ONF, et dans ce cadre, des actions d'abattage sont régulièrement menées. En soutien à ce plan d'intervention, les services compétents (Direction départementale des territoires de la préfecture, Centre régional de la propriété forestière...) procèdent à un suivi permanent de la forêt de la Vallée, afin d'identifier les secteurs sur lesquels le scolyte est en cours d'implantation. Les propriétaires des parcelles touchées peuvent donc être amenés, par un arrêté préfectoral, à couper les arbres infectés. L'ensemble de ces actions relève d'une mise en place à long terme.

Voir le communiqué de presse sur la lutte contre le Bostryche, autre insecte parasite.

LES ESPACES AGRICOLES
Foire aux moutons de Servoz

L'agriculture est une des plus anciennes activités du territoire mais aujourd'hui le nombre d'agriculteurs tout comme les surfaces consacrées à l'élevage et aux cultures ont fortement diminués.

 

Pourtant, même s’ils ne sont pas nombreux, les agriculteurs du territoire sont des passionnés très dynamiques et si l’élevage bovin reste majoritaire, une belle diversité d’activité est présente : élevage de chèvre, de brebis, culture de petits fruits…

 

Les espaces agricoles sont primordiaux pour le maintien de l’activité et ils jouent un rôle important pour la biodiversité. C’est pourquoi la collectivité souhaite poursuivre son soutien à l’activité agricole en accompagnant différents projets de territoire tels que le PSADER (Projet Stratégique Agricoles et de Développement Rural) développé à l’échelle du Pays du Mont-Blanc ou en travaillant avec les agriculteurs sur la sensibilisation des publics et la viabilité de leur profession.

 

Télécharger la plaquette Instants nature avec les agriculteurs du Pays du Mont-Blanc

 

LA LUTTE CONTRE LES PLANTES INVASIVES
Renouée du Japon

La Renouée du Japon est une plante invasive, qui pousse notamment dans les zones humides. Elle est désormais abondamment présente dans la vallée de Chamonix où elle prolifère à grande vitesse.

Nous devons lutter tous ensemble pour contrarier son envahissement et ainsi préserver la biodiversité de notre territoire.

Depuis plusieurs années, la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc agit de plusieurs manières :
- Mise en place d'actions de sensibilisation: information des populations, édition de documents explicatifs...
- Actions ponctuelles de fauchage de la renouée par le service espaces verts de la collectivité à l'occasion de chantiers d'entretien
- Passation de marché avec des entreprises d'insertion pour la mise en oeuvre d'ateliers de fauchage (un nouveau contrat est en cours de passation)

Ces actions de la collectivité doivent être complétées par une action des particuliers sur leurs propres parcelles, sachant qu'une action conjuguée est la seule manière de limiter la propagation de cette plante.
La renouée du Japon ne doit être ni plantée, ni compostée, ni disséminée... Une terre contaminée ne doit pas être déplacée.
Retrouvez la marche à suivre dans cette lettre d'information

Si vous en possédez dans votre jardin :
- Fauchez-la manuellement à 10 cm du sol toutes les 3 semaines
- Placez les déchets dans des sacs plastiques épais
- Apportez ces sacs à la déchetterie de Bocher. La renouée ne doit surtout pas être mélangée avec d'autres déchets verts !

Pour plus d'informations, consultez la plaquette sur la Renouée