MORT DE L'ARCHITECTE ROGER TAILLIBERT


Taille de la police

Il aimait les courbes. Les constructions rectangulaires, "volumes quadrillés", qu'il appelait des "boîtes", l'attristaient.

L'architecte Roger Taillibert, auteur d'équipements sportifs et de loisirs à travers le monde, entre autres, du Stade olympique de Montréal et du Parc des Princes à Paris, mais aussi d'un ensemble de voûtes et de tours en béton au centre de Chamonix, est mort le 3 octobre 2019 à Paris, à l’âge de 93 ans. Il avait été notamment architecte en chef et conservateur du Grand Palais et du Palais de Chaillot.

L’ensemble Taillibert, centre culturel et sportif construit à Chamonix dans les années 70, projet expérimental face au mont Blanc, fut à l'époque salué dans le monde de l'architecture et est aujourd'hui représentatif du patrimoine architectural du XXe siècle: "Des coupoles sphériques, voûtes en béton largement vitrées, sans appui intermédiaire, d’une portée variant entre 22 et 60 mètres, offrent une grande liberté d’aménagement intérieur et supportent aisément la neige. Cette structure reposant sur trois pieds permet de grandes ouvertures zénithales donnant à voir les sommets tout proche."

Le projet suscita aussi (et suscite encore parfois) la polémique pour son gigantisme et surtout pour l'emploi du béton brut.

Dans le discours d'accueil de Roger Taillibert à l'Académie des Beaux Arts (1983), Guillaume Gillet, son président, écrit: "Vous avez au pied du mont Blanc, écrit dans le béton un poème de la montagne. Le plan, tracé sur une maille triangulaire équilatérale mais à bases variables engendre par le jeu de ses voûtes sphériques tronquées, par le jeu de leurs dimensions différentes, et par le jeu des différences du relief qui épouse les déclivités ou les escarpements du terrain, un concert des formes. Ce plan inattendu a fait chanter dans la nature magistrale une symphonie dont vous étiez l'âme, qui accompagnait un ballet des volumes que vous avez conçus."