NOUVELLE CENTRALE HYDRO-ÉLECTRIQUE DE TACONNAZ


Taille de la police

Après la validation intervenue lors des deux conseils municipaux concernés, la séance de signature des deux documents contractuels (BEA et protocole d'investissement) formalisant le partenariat pour la construction et l'exploitation d'une centrale hydro-électrique sur le torrent de Taconnaz est intervenue le mercredi 1er Août 2018 à la mairie des Houches.

Pour rappel, les communes des Houches et de Chamonix ont lancé en 2015 un appel à candidature pour la conception, la construction et l'exploitation d'une centrale hydro-électrique sur le torrent de Taconnaz qui sépare les deux communes.

La société Voltalia a été retenue parmi 5 candidats en avril 2016. Le bail administratif fixant les droits et obligations du bailleur (les deux communes) et de l'opérateur- l'entreprise Voltalia a été signé par les 4 parties : les communes représentées par leurs maires (MM. Désailloud et Fournier), l'opérateur représenté par son directeur Europe (M. Christian Egal) et la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix par Yvonick Plaud, vice-président aux finances. Ce contrat détermine notamment les conditions de la redevance versée aux deux communes en contrepartie de l'occupation du domaine public.

En bref, pour une production moyenne évaluée à 12,5 Gwh, équivalant à la consommation de 4000 foyers (hors chauffage), les communes recevront une redevance progressive en fonction de la production et du temps (contrat de 60 ans). En cumulant l'ensemble des revenu-redevance, taxes et dividendes liés au fait que les deux communes ont décidé d'entrer au capital de la société dédiée TACONNAZ ENERGIE à hauteur de 33% - les projections permettent d'évaluer un revenu cumulé de 30 millions d'euros sur la durée du contrat, soit un revenu annuel moyen de 500 000 euros qui sera réparti à parité entre les deux communes.

Pour les deux maires, «cette opération rend compte de l'engagement concret du territoire pour assurer sa transition énergétique et elle sera complétée par d'autres projets à partir de l'inventaire des potentiels existants: hydroélectrique, solaire et méthanisation». Les travaux sont lancés cet été pour un coût d'opération de 8,4 M d'euros et une mise en service prévue fin 2019.